© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Dominique Figarella au LIFE

Extraits du dossier de presse

L'exposition que Le Life consacre du 13 février au 11 avril 2010 au travail de Dominique Figarella permet de regrouper un ensemble particulièrement significatif d'oeuvres réalisées par cet artiste depuis le milieu des années 1990. Déployée dans le vaste espace de l'Alvéole 14 de la Base des sous-marins de Saint-Nazaire, cette exposition n'a pas été conçue comme une rétrospective mais plutôt comme un parcours.

En partant des tableaux récents de Dominique Figarella, il s'agit de tracer une généalogie des pratiques et des questions qui les ont rendus possibles. L'exposition met ainsi en évidence la manière dont son travail d'aujourd'hui rejoue, en les déplaçant ou en les reconfigurant différemment, un ensemble d'enjeux constitutifs de cette oeuvre.

À l'occasion de chaque tableau, un travail de traduction permet à Dominique Figarella de réinterpréter les questions déjà travaillées, tandis que l'exposition dans son ensemble met l'accent sur les virtualités et les potentialités des rapports qui se nouent dans la diversité des pièces qu'elle rassemble. Ce parti pris permet également d'inscrire dans l'espace une logique temporelle non linéaire, analogue à celle à partir de laquelle Dominique Figarella conçoit sa pratique. Impliquant une durée, la structure ambulatoire du parcours de cette exposition laisse ainsi chaque visiteur libre de faire jouer la façon dont il perçoit, mais aussi mémorise différentes relations entre les oeuvres qui s'y déploient, sans jamais que celles-ci soient résolues selon une interprétation de type chronologique.





Exposition du 13 février au 11 avril 2010. LIFE - Lieu International des Formes Emergentes, Base des sous-marins - Alvéole 14 - boulevard de la Légion d'Honneur - 44600 Saint-Nazaire. Tél.: 02 28 54 99 45. Ouverture du mercredi au dimanche de 14h à 19h. Entrée libre.

Présentant les pratiques du tableau élaborées par cet artiste au fil des quinze dernières années, il s'agit en outre de mettre en évidence leurs articulations, leurs implications, ainsi que la manière dont elles dialoguent avec un ensemble d'autres oeuvres et de questions léguées par la modernité artistique, avec lesquelles elle ont partie liée de manière souvent explicite.

Par un retour réflexif sur ce qui les caractérise, les tableaux de Dominique Figarella répondent de certains principes modernes.

Pourtant, ce retour sur leur genèse artistique ne vise nullement à garantir leur autonomie. Bien au contraire, cette logique y est toujours l'occasion d'une histoire qui s'archive en acte: c'est ici un «comment c'est fait» qui se raconte à la manière d'une fiction, où le tableau se construit par ses bords et par les relations qu'il noue avec ce qu'il n'est pas.

L'introduction de matériaux étrangers à la tradition picturale joue ici un rôle décisif, reconduisant tout l'enjeu lié à la tradition moderne du collage, lequel confronte des pratiques plurielles à des espaces hétérogènes. Le recours à la photographie intervient notamment dans son oeuvre à la manière d'un document performatif, et implique une dimension habituellement refusée au tableau.

En remontant le temps de la production artistique de Dominique Figarella jusqu'au milieu des années 1990 et en articulant entre elles, selon un principe proche du dédale ou du labyrinthe, les oeuvres d'hier et celles d'aujourd'hui, cette exposition permet d'éclairer les opérations constitutives du travail de cet artiste et la temporalité qui sous-tend ses pratiques depuis 1992, année où il réalisa ses premiers tableaux.

Par ailleurs, la réception d'un tableau suppose comme condition minimum qu'il soit inscrit en un lieu, et non seulement en un espace. La proposition architecturale ou scénographique la plus élémentaire permettant d'établir ou de construire un lieu est celle de l'angle. Les structures en 'L' qui se déploient dans cette exposition répondent ainsi de cette condition nécessaire et permettent, dans leur logique labyrinthique, de déjouer toute appréhension ou lecture linéaire du parcours proposé.

En dialogue avec différentes oeuvres comme avec différentes conceptions de l'art, cette exposition permet aussi de souligner en quoi les oeuvres de Dominique Figarella s'adressent chaque fois à des singularités : à chaque visiteur, et au libre jeu de ses facultés. L'expérience sensible que ses tableaux proposent n'y est jamais simplifiée ou schématisée en vue de s'adresser à une collection d'individus ou à une masse, homogène et abstraite. La question du sensible commun, plutôt que d'être jouée d'avance ou réglée selon des principes qui l'organiseraient a priori, s'y noue à une logique des affects et des questions que chaque tableau travaille constamment à retraduire. En cela aussi se joue sa politique.


Archives expositions personnelles France

  Dominique Figarella au LIFE
   Le LIFE, Saint-Nazaire
  13.02 - 11.04.2010

Archives expositions personnelles (E-F)